Cholestérol

« (source 37°2 le magazine n°97, magazine médical de phytothérapie) »

POLICOSANOL-LRR : résultats d’une étude statistique menée en ouvert par 114 médecins sur 408 patients

Plusieurs études cliniques ont déjà été menées concernant l’effet des policosanols (substance naturelle issue de la Canne à sucre) sur le métabolisme lipidique, mais aussi sur l’activité de la Levure Rouge de Riz (LRR). Par contre, aucun travail n’avait jusqu’à ce jour quantifié les effets de l’association de ces deux actifs naturels.

Le présent travail n’a pas la prétention d’être une étude clinique mais un essai statistique visant à confirmer d’une part, la synergie d’action entre Policosanols et LRR sur le métabolisme lipidique tout en respectant des apports journaliers sécuritaires et autorisés, et d’autre part d’en apprécier la tolérance.
Cette étude qui a porté sur 408 patients a été menée en 2016 grâce à la collaboration de 114 médecins exerçant sur tout le territoire français.
La spécialité retenue pour cette étude associe par comprimé 20 mg de Policosanol de Canne à sucre et 8 mg de monacoline K de LRR (Levure Rouge de Riz) . La formule renferme également 40 mg de Coenzyme Q10. La dose préconisée dans l’étude était de 1 comprimé par jour.
Les patients étaient suivi sur le plan biologique avec analyses régulières recherchant le taux de cholestérol total, le taux de bon cholestérol (HDL) et celui du mauvais cholestérol (LDL). Le dosage d’autres graisses sanguines était également surveillé (Triglycérides TG).
Les résultats de cette étude sont reproduits sur le diagramme ci-après.
On note une baisse moyenne de 17,50 % du cholestérol total et de 23,15 % du LDL cholestérol.
Le HDL cholestérol est légèrement augmenté de 2,70 %, par contre il est intéressant de noter une baisse assez significative des triglycérides de 14 % ce qui n’est pas habituellement décrit dans les études portant sur la seule prise de LRR.
Dans 21 cas, la prise du produit testé faisait suite à un traitement classique à base de statines ou de fibrates ; dans 1 cas le cholestérol total et le LDL ont progressé respectivement de 4,5 % et 6 %, dans tous les autres cas les chiffres sont restés quasiment stationnaires avec disparition des effets secondaires éventuels pour lesquels les traitements précédents avaient été abandonnés.
Dans 93 % des cas l’observance a été jugée satisfaisante par les médecins.
Dans 97,3 % des cas la prise du produit a été bien tolérée, le patient ne rapportant aucun effet indésirable.
Sur 408 patients inclus dans l’étude, 5 ont abandonné pour des raisons autres qu’une intolérance, 13 se sont vu délivrer une spécialité autre par le pharmacien et ont donc été exclus de l’étude, 8 ont présenté quelques effets indésirables d’ordre digestif dont 2 ont motivé l’arrêt des prises.
Enfin, en ce qui concerne des effets indésirables pouvant être rapprochés de ceux que l’on retrouve parfois avec des statines, il n’a été enregistré qu’un seul cas de crampe musculaire.

Les résultats de cet essai statistique regroupant 408 patients sélectionnés par 114 médecins en ouvert, permettent de souligner l’activité de l’association Policosanol-LRR sur le profil lipidique d’adultes en surcharge. L’activité de la LRR sur le Cholestérol était déjà connue, mais le présent travail met en évidence l’action
(source 37°2 le magazine n°97, magazine médical de phytothérapie)
synergique des 2 composants puisque ces résultats sont obtenus même avec de faibles doses de LRR. Au-delà, ce travail évoque une action sur les triglycérides habituellement non, ou peu, sensibles à la LRR.
Enfin, aucun effet indésirable notable n’a été enregistré hormis quelques rares cas d’intolérance digestive.