Taux de cholestérol élevé : symptômes

“Arrête de manger gras, tu vas avoir du cholestérol !”. Si vous êtes plutôt chips que légumes ou plutôt beurre que huile d’olive, ce conseil vous est sans doute familier. Néanmoins, les causes d’un taux de cholestérol trop élevé sont nombreuses et dépendent de multiples facteurs. Essentiel pour notre organisme lorsqu’il est produit en faible quantité, le cholestérol se révèle dangereux pour la santé lorsqu’il est en excès. On parle alors d’une hypercholestérolémie dont le taux anormalement élevé favorise l’apparition de maladies cardiovasculaires. Alors, peut-on prévenir le cholestérol ? Des symptômes peuvent-ils nous alerter ? Et comment le diagnostiquer ? Faites le tour de la question avec les laboratoires Monin-Chanteaud.

Les causes d’un taux de cholestérol élevé

Pour comprendre ce qu’est un taux de cholestérol élevé et quelles en sont les causes, rappelons brièvement de quoi il s’agit et quelle est la différence majeure entre le bon et le mauvais cholestérol.

Le cholestérol, c’est quoi ?

Il s’agit d’une substance graisseuse indispensable à la fabrication d’hormones, au développement de membranes cellulaires et à la production de vitamine D. Le foie synthétise 80 % du cholestérol de notre corps, tandis que l’alimentation (viandes, œufs, produits laitiers…) fournit le reste.

On peut alors distinguer deux types de molécules :

  • les lipoprotéines à haute densité (HDL-c) : composées davantage de protéines que de lipides (corps gras), elles ont pour mission d’éliminer l’excédent de cholestérol dans les artères et de transporter le bon cholestérol vers le foie,
  • les lipoprotéines à faible densité (LDL-c) : majoritairement composées de lipides, elles transportent le mauvais cholestérol depuis le foie vers les cellules, ce qui laisse d’importants résidus sur les parois artérielles. C’est ainsi que peut apparaître une plaque athéromateuse, facteur de risques cardiovasculaires.

On considère la cholestérolémie normale (taux de cholestérol à jeun) lorsqu’elle se situe entre 1,5 et 2,4 g/l. Un taux de cholestérol LDL élevé révélerait une hypercholestérolémie.

Les causes de l’hypercholestérolémie

Plusieurs facteurs influencent le taux de cholestérol dans le sang :

  • l’alimentation : sans surprise, un mauvais équilibre alimentaire augmente les risques d’hypercholestérolémie et tout ce qu’un excès de cholestérol peut avoir comme conséquence (obésité, infarctus du myocarde, angine de poitrine, accident vasculaire cérébral (AVC), etc). Il est évident qu’une alimentation trop riche en sucres, en graisses saturées, ainsi qu’une consommation excessive d’alcool (et de tabac) sont à proscrire,
  • l’héritage génétique : l’hypercholestérolémie familiale, pathologie diagnostiquée au plus jeune âge, touche une personne sur 500. En l’absence de récepteur de mauvais cholestérol (LDL-c) à la surface des cellules, ce dernier s’accumule dans le sang et provoque des dégâts plus ou moins importants. Des xanthomes ou de petits nodules orangés sur les tendons et les paupières sont caractéristiques de ce trouble génétique héréditaire,
  • la maladie : certaines pathologies de la thyroïde, du foie et des reins entraînent l’apparition d’un excès de cholestérol dans le sang,
  • les traitements médicamenteux : les bêtabloquants, les anti-épileptiques, les corticoïdes, les traitements antiviraux ou encore les pilules contraceptives peuvent augmenter la cholestérolémie.

L’origine ethnique, le sexe, l’âge et le manque d’activité physique sont également des facteurs sérieux d’un taux de cholestérol élevé.

Les symptômes d’un taux de cholestérol élevé

Habituellement, le cholestérol est sournois et silencieux. Il ne présente aucun symptôme visible tant qu’il est “maîtrisé”. La plupart du temps, les problèmes arrivent lorsqu’il est déjà trop tard.

Pour rappel, les plaques d’athérosclérose, formées par des dépôts graisseux sur les parois internes des vaisseaux sanguins, empêchent les artères d’irriguer le cerveau, le cœur et les membres. Le durcissement des artères peut avoir de graves conséquences sur la vie du patient en provoquant une angine de poitrine, un accident vasculaire cérébral ou encore une crise cardiaque.

En raison de l’urgence vitale de ces accidents cardiovasculaires, il est important d’en repérer les premiers signes :

  • douleurs au niveau des mollets,
  • douleurs à la poitrine et sensation d’oppression,
  • fièvre, maux de tête,
  • nausées,
  • vertiges,
  • palpitations, essouflements,
  • extrémités des membres froides,
  • perte de tonus musculaire au niveau des jambes, des bras, du visage (essentiellement sur un côté),
  • trouble de la vue,
  • trouble de l’élocution,
  • etc.

À la moindre alerte, appelez immédiatement le 15.

Diagnostic et prévention du cholestérol

Pour éviter d’en arriver à des complications aussi dramatiques, il est recommandé de dépister régulièrement l’hypercholestérolémie par une analyse de sang. Votre médecin sera le plus habilité à en définir la cadence selon votre âge et vos facteurs de risques. Dans ce cadre, il vous posera des questions liées aux antécédents personnels et familiaux ou au régime alimentaire, puis prendra le temps de rechercher les prédispositions éventuelles.

Afin de diminuer les risques, vous pouvez prendre les choses en main dès maintenant. Pour cela, mieux vaut adopter un mode de vie sain avec une alimentation équilibrée, faible en graisses saturées et en sucres. Pour maintenir votre corps en bonne santé, pensez aussi à pratiquer une activité physique régulière d’au moins 1 h 30 à 2 h par semaine. Limitez également la consommation d’alcool et de tabac pour prévenir l’élévation de la pression artérielle.

Enfin, les compléments alimentaires à la levure rouge de riz contribuent à la régulation du taux de cholestérol et à son équilibre.

Cholestérol : A découvrir également

Qu’est-ce que le cholestérol

Souvent craint par la majorité de la population, le cholestérol est une graisse naturelle qui joue pourtant un rôle essentiel dans notre organisme. Sa première

Bon et mauvais cholestérol

« Vous avez un peu trop de cholestérol, il va falloir revoir votre régime alimentaire ! ». Après une analyse sanguine, cette sentence médicale est