Qu’est-ce que le cholestérol

Souvent craint par la majorité de la population, le cholestérol est une graisse naturelle qui joue pourtant un rôle essentiel dans notre organisme. Sa première utilité est la composition des membranes cellulaires, autrement dit, la protection des cellules. Il favorise également la digestion, la production de vitamines D ou encore la fabrication d’hormones sexuelles. Fabriqué principalement par le foie, il puise également ses ressources dans notre alimentation. Vital en quantité raisonnable, l’excès de cholestérol peut s’avérer dangereux pour la santé. Près d’un Français sur trois a un surplus de cholestérol et doit adapter son repas en conséquence. Voyons comment différencier le bon du mauvais cholestérol et comment détecter sa présence.

Les différents types de cholestérol

Ce qu’il faut savoir sur le cholestérol

Avant d’évoquer les différents types de cholestérol, nous devons savoir que cette particule de graisse circule dans notre corps sous forme de lipoprotéines. Sous ce terme médical, se cachent des molécules graisseuses qui permettent au cholestérol de se déplacer, sans craindre l’eau qui compose notre corps à près de 60 %.

Il faut noter que les lipoprotéines se classent en deux catégories :

  • Les « lipoprotéines de basse densité – Low Density Lipoprotein (LDL) » : ici, la quantité de protéines (nutriments énergétiques) est plus faible que les lipides (graisses).
  • Les « lipoprotéines de haute densité – High Density Lipoprotein (HDL) » : à l’inverse, elles contiennent plus de protéines que de lipides.

Le bon et le mauvais cholestérol

Nous savons maintenant qu’il existe deux types de lipoprotéines, les LDL et les HDL. Leur rôle est de transporter les molécules de cholestérol. D’origine, la molécule de cholestérol est nécessaire pour notre bon fonctionnement. En revanche, son mode de transport différencie le bon du mauvais cholestérol.

LDL cholestérol ou le « mauvais cholestérol »

Les lipoprotéines LDL transportent le cholestérol du foie vers les autres cellules de l’organisme. Cette action, menée par les LDL, engendre l’accumulation de dépôt de cholestérol dans les artères. Un taux élevé de mauvais cholestérol dans le sang peut causer des maladies cardiovasculaires ou un handicap sévère.

Il résulte généralement :

  • d’une alimentation riche en graisses saturées (viandes, œufs, produits laitiers gras, etc.) ;
  • d’une maladie favorisant sa production : maladies du foie, de la thyroïde, des reins, du diabète ;
  • d’un environnement génétique favorable ;
  • des effets secondaires de médicaments comme la cortisone ou la pilule.

HDL cholestérol ou le « bon cholestérol »

Les lipoprotéines HDL déplacent le cholestérol des cellules vers le foie. Contrairement au mauvais cholestérol, les HDL protègent les artères en rejetant l’excès de LDL. Sa mission est donc plus favorable au bon développement de votre organisme. Pour augmenter le bon cholestérol, il est recommandé d’inclure dans son régime alimentaire des aliments riches en oméga-3 (saumon, sardine, thon, maquereau, hareng…) et de pratiquer une activité sportive régulière.

Comment détecter le cholestérol ?

L’analyse sanguine

Savez-vous qu’en Europe, le taux de cholestérol est plus élevé qu’aux États-Unis ?

Les risques liés au taux élevé de mauvais cholestérol dans le sang étant nombreux, il est important de ne pas faire l’impasse sur le dépistage.

Le médecin traitant prescrit une prise de sang où sera indiqué votre taux de LDL et de HDL. S’ajoutent également le cholestérol total (c’est-à-dire tous les types de cholestérol présents dans le sang) ou encore les triglycérides (présents dans les sucres ou l’alcool).

Pour que l’analyse sanguine soit fiable, il est conseillé d’être à jeun les 12 heures précédentes.

Les résultats

Dès réception des résultats, et si le dépistage est positif, le médecin généraliste mettra en place un protocole à suivre, pour diminuer les risques cardiovasculaires. En fonction de l’âge ou des antécédents, il peut également approfondir son diagnostic pour évaluer l’état des artères. Le praticien proposera des examens complémentaires comme une IRM, un Scanner ou encore un test d’effort.

Chez les femmes, les maladies cardiovasculaires sont la première cause de décès en France. L’adoption d’une bonne hygiène de vie, d’une alimentation pauvre en « mauvaises graisses » et le suivi des conseils du corps médical, limiteront les conséquences. En prévention, et selon l’avis des praticiens, il est possible de s’intéresser aux méthodes naturelles comme la phytothérapie, l’homéopathie ou encore la prise de compléments alimentaires. Aujourd’hui le cholestérol fait peur, mais son action sur le corps n’est pas toujours néfaste ni irréversible. Il faut donc prendre soin de soi dès maintenant !