Sommeil profond : pourquoi est-il si important ?

Dans une vie, nous passons près d’un tiers de notre temps dans les bras de Morphée. Malgré l’envie pressante de retrouver son lit après une bonne journée, certaines mauvaises habitudes quotidiennes affectent la qualité et la durée du sommeil. Pourtant, bien dormir est vital pour notre organisme. Les personnes se réveillant avec la sensation de ne pas avoir fermé l’œil de la nuit présentent un manque de sommeil profond : une phase primordiale pour récupérer et mettre le corps au repos. On vous explique pourquoi.Le sommeil profond : essentiel à la régénération du cerveau

Pour comprendre les bienfaits du sommeil profond, il convient de reprendre le déroulement des différents cycles de sommeil.

C’est quoi un sommeil profond ?

Processus très actif, le sommeil a de nombreuses fonctions sur le corps humain. Celles-ci dépendent de l’âge de la personne et de la phase de sommeil dans laquelle elle se trouve. Tout au long de la nuit, les cycles s’alternent :

  • le sommeil léger : cette phase arrive au moment de l’endormissement (stades I et II) et couvre presque 50 % du temps de sommeil. Pendant ce temps, le dormeur passe d’un état d’éveil (où il entend et comprend sans pouvoir agir) au sommeil lent profond. Son activité cérébrale ralentit et ses muscles se détendent petit à petit.
  • le sommeil lent profond : cette phase (stades III et IV) se caractérise par des ondes électriques très lentes au niveau cérébral. Différents signes physiologiques l’accompagnent. En effet, la température corporelle baisse, les muscles se relâchent totalement, les mouvements des yeux ainsi que les rythmes cardiaques et respiratoires ralentissent. Lors du sommeil profond, la personne n’entend plus rien.
  • le sommeil paradoxal : après 90 minutes environ, c’est l’heure du sommeil paradoxal ou sommeil des rêves. Durant cette phase, les neurones sont fortement stimulés et les connexions entre les cellules permettent l’acquisition de nouvelles connaissances. On remarque une accélération des mouvements oculaires ainsi qu’une irrégularité du rythme cardiaque, de la respiration et de la température corporelle. Après un sommeil paradoxal d’une vingtaine de minutes, le dormeur se réveille ou reprend un cycle de sommeil complet. En une nuit, il est possible de traverser 3 à 5 cycles de sommeil.

Le sommeil lent profond (SLP) est plus connu sous le nom de sommeil réparateur. Cette phase permet d’être en forme au réveil et de retrouver l’énergie nécessaire après une journée physiquement épuisante. Aussi, l’organisme renouvelle ses cellules, sécrète des hormones, évacue le stress et nettoie le cerveau des toxines.

Sommeil profond : quels effets sur le cerveau ?

Régulièrement, nous sommes sensibilisés aux bienfaits d’une bonne nuit de sommeil. Et pour cause ! C’est pendant cette phase de récupération, longtemps considérée comme un état passif, que le cerveau se régénère.

Pendant le sommeil profond, le cerveau en profite pour :

  • restaurer et assurer la production énergétique afin de bien démarrer sa journée ;
  • se décharger des déchets et des toxines accumulés avec l’aide du liquide cérébrospinal ;
  • consolider la mémoire grâce à la communication entre l’hippocampe et le cortex qui assurent également le tri et le stockage des souvenirs ;
  • gérer les émotions.

À l’inverse, un manque chronique de sommeil profond peut engendrer un dérèglement de l’organisme et avoir des effets néfastes sur les capacités cognitives. Cette carence peut perturber la vigilance et l’attention, affecter la concentration, réduire les capacités à réfléchir ou créer et avoir un impact négatif sur l’humeur (anxiété, dépression, stress, irritabilité…). De plus, les défenses immunitaires et la résistance à la douleur s’affaiblissent, tandis que les risques de maladies telles que le diabète de type 2 ou l’obésité augmentent.

Sommeil réparateur : indispensable pour la croissance ?

Le quotidien est source de stress, de fatigue physique et nerveuse, d’où l’importance d’un sommeil réparateur. Chez l’enfant et l’adolescent, ses fonctions sont particulièrement indispensables à leur croissance : une bonne raison de leur demander de filer au lit !

Lors d’une bonne nuit, bercée par des phases de sommeil profond, le corps sécrète une hormone de croissance. Celle-ci favorise la réparation des cellules et des tissus usés et bien sûr le développement de l’enfant. C’est également à ce stade que le système immunitaire est stimulé, grâce à la prolactine. Durant la vie fœtale et les premiers mois de vie, le sommeil permet le processus de maturation du système nerveux.

Alors qu’ils devraient dormir 9 h 30 par nuit pour être en forme, les adolescents se couchent de plus en plus tard. Difficile pour eux de se mettre au lit à une heure raisonnable lorsqu’ils sont tentés par les réseaux sociaux, le téléphone ou encore les jeux vidéo. Alors, quelles sont les bonnes habitudes à prendre pour améliorer son sommeil profond ?

Favoriser le sommeil profond : 5 bonnes habitudes

Rien de tel que ces 5 routines pour améliorer ses nuits et son sommeil profond :

1- Dormir à heures fixes

Si le rythme biologique varie en fonction de la personne et de son âge, il faut compter entre sept et neuf heures de sommeil par nuit pour se sentir bien reposé. En se couchant et se levant à des heures régulières et ce, même pendant les jours de repos, le corps s’habitue à ce fonctionnement et entre plus facilement dans une phase de sommeil profond. Aussi, il est important de préparer le corps à aller se coucher en lui envoyant des signaux tels que : manger léger et à heure fixe, prendre sa douche, se mettre en pyjama, se détendre…

2- Éviter les lumières bleues avant de dormir

Tout est dit, télévision, téléphone, tablette ou encore console de jeux excitent le cerveau et perturbent l’horloge biologique. Il est recommandé d’éteindre les écrans au minimum 1 heure avant de fermer les yeux. En présence de troubles du sommeil, il est déconseillé d’allumer la télévision ou le téléphone durant la nuit. En effet, le cerveau pourrait assimiler cette activité à la position allongée et à l’heure tardive. Quant au téléphone, il émet des ondes électromagnétiques. Il est préférable de le poser loin du lit afin de ne pas perturber le sommeil.

3- Écrire sa journée

Sans avoir le talent d’un romancier, tenir un journal peut être un bon exutoire pour faciliter l’endormissement. Cette activité permet de poser sur papier les tâches à effectuer le lendemain et de faire le bilan de la journée, histoire d’accueillir le marchand de sable avec l’esprit plus léger !

4- Se détendre

À commencer par les pieds ! Eh oui, ces pauvres petons supportent le poids du corps toute la journée et méritent bien que l’on prenne soin d’eux. Un peu de crème et d’huile de massage leur feront le plus grand bien. La pratique de la méditation, du yoga ou de la sophrologie sont des activités anti-stress idéales pour apaiser et arrêter de ruminer dans son lit.

5- Adopter des méthodes naturelles

La mémoire olfactive peut être une routine efficace pour signaler au corps l’heure du sommeil. L’utilisation d’huiles essentielles de lavande, citron ou bergamote permet de se relaxer avant de se coucher.

Si votre sommeil est déjà perturbé, les compléments alimentaires à base de plantes sans principes actifs chimiques, ni mélatonine, favorisent une relaxation optimale et un sommeil réparateur.

Bien dormir, c’est aussi savoir se réveiller à des heures régulières et non-tardives. Ce rythme est essentiel pour se sentir suffisamment fatigué le soir et trouver facilement le sommeil. En se levant plus tard, l’horloge biologique est déréglée et laisse place à un cercle vicieux dont il est difficile de sortir. Pour toutes ces raisons, un sommeil profond, c’est un corps en bonne santé !