;

Ménopause et fatigue : comment y faire face ?

Vous êtes ici : Laboratoire Monin-Chanteaud » Confort féminin » Ménopause et fatigue : comment y faire face ?
Ménopause et fatigue : comment y faire face ?

Depuis quelque temps, vous êtes sans énergie, fatiguée du matin au soir et la moindre activité vous demande beaucoup d’efforts. À la maison et au travail, on vous rappelle que vous approchez la cinquantaine et que la ménopause arrive à grands pas, mais vous n’y croyez pas : vous ne ressentez aucun autre symptôme ! Détrompez-vous, la fatigue, tout autant que les bouffées de chaleur, est un signe annonciateur de la ménopause. Focus sur ce phénomène encore bien méconnu des femmes.

La fatigue, symptôme fréquent de la ménopause

À la cinquantaine, les premiers symptômes de la ménopause toquent aux portes des femmes. Bien sûr, elles n’ont pas d’autre choix que de les accueillir, car la ménopause est un processus naturel marqué par l’arrêt progressif des menstruations et de l’activité ovarienne. Le déséquilibre causé par la baisse de production des hormones sexuelles (œstrogènes et progestérone) provoque divers troubles plus ou moins désagréables. La fatigue est l’un d’eux.

Ménopause et fatigue : un symptôme réel ?

Associée à une surcharge de travail, de boulot à la maison, de petits tracas ou de manque de vacances, la fatigue résulte souvent d’un mal-être psychique. Avant d’attribuer ce symptôme à la ménopause, il convient d’écarter toutes autres éventualités :

  • l’asthénie médicale liée à d’autres pathologies (apnée du sommeil, problème cardiaque, insuffisance thyroïdienne, anémie…),
  • ou la psychasthénie engendrée, entre autres, par des troubles psychologiques tels que la dépression.

Si aucun facteur n’est à signaler, cette fatigue inhabituelle doit évoluer dans un contexte propice à la ménopause ou la périménopause. Pour le savoir, d’autres signes sont révélateurs dès la quarantaine : les règles irrégulières, les bouffées de chaleur, les seins gonflés ou tendus, les douleurs articulaires (arthrose, ostéoporose), etc.

Pourquoi est-on fatiguée avec la ménopause ?

Il s’agit tout simplement d’une question d’hormones. Dès l’adolescence, les ovaires mènent la vie dure aux femmes, mais à la ménopause ils opèrent un véritable tsunami intérieur. En effet, l’activité ovarienne cesse progressivement sa production d’hormones sexuelles et les œstrogènes, qui jusqu’alors étaient source de bien-être. Mais avant que ce processus ne prenne fin, il s’écoule quelques années durant lesquelles la femme subit de grandes fluctuations hormonales. C’est ce qu’on appelle la périménopause. Pendant cette période, la sensation de fatigue, expliquée par la chute soudaine des œstrogènes, s’apparente au syndrome prémenstruel ressenti par certaines femmes tout au long du cycle féminin.

Avant l’arrêt définitif des règles, d’autres causes sont possiblement liées à la fatigue :

  • les perturbations du cycle menstruel : des règles plus longues ou plus abondantes qui engendrent forcément une fatigue intense,
  • la fonte musculaire : cette conséquence entraîne une fatigue plus importante à l’effort,
  • les troubles du sommeil : bouffées de chaleur, sueurs nocturnes, ruminations ou stress empêchent le sommeil d’être réparateur.

Heureusement, lorsque la ménopause est bien installée et le corps habitué aux troubles hormonaux, les symptômes s’effacent progressivement jusqu’à devenir un lointain (et désagréable) souvenir.

Les différentes formes de fatigue pendant la ménopause

Lors de cette période délicate, chaque femme réagit différemment face à la fatigue. Certaines sont marquées par une fatigue intense les obligeant à cesser toute activité à un moment précis de la journée. D’autres ressentent plutôt une fatigue permanente qui se traduit par un manque de force ou d’énergie. Mais, pour toutes, le danger est de rentrer dans le cercle vicieux du manque de sommeil. Les troubles du sommeil ont parfois d’importantes conséquences psychologiques : irritabilité, dépression, anxiété, etc.

Adopter une bonne hygiène de vie pour retrouver de l’énergie

Après consultation du médecin traitant ou du gynécologue, le verdict est tombé : la ménopause s’installe ! Désormais, il reste deux options :

  • cohabiter avec les symptômes en attendant patiemment qu’ils disparaissent,
  • ou appliquer des petits gestes au quotidien pour mieux vivre avec la ménopause et retrouver son énergie.

Pour devenir actrice de son bien-être et de sa santé, il existe des méthodes simples à adopter :

  • éviter de consommer des boissons excitantes (thé, café, cola) et alcoolisées : elles sont déconseillées avant de dormir car elles favorisent l’apnée du sommeil ou allongent la durée d’endormissement,
  • dîner léger et au minimum 2 heures avant l’heure du coucher,
  • limiter les situations stressantes ou angoissantes en soirée : il vaut mieux résoudre des problèmes à tête reposée,
  • prendre du temps pour soi : relaxation, lecture, soins du corps ; ces petites habitudes préparent l’organisme au coucher,
  • pratiquer une activité physique régulière : le sport permet de lutter contre les effets de la ménopause (prise de poids, fatigue, sautes d’humeur, etc.).

Si malgré cela la fatigue persiste, la prise de compléments alimentaires favorise la relaxation et offre une meilleure qualité de sommeil.

Manque de concentration, perte de mémoire, confusion : seules quelques nuits sans sommeil suffisent à provoquer des effets néfastes pour la santé. Commencez dès à présent à inclure de bonnes pratiques dans votre vie pour traverser la ménopause en toute sérénité !

Laisser un commentaire