La ménopause : généralités


« Source : 37°2 magazine »

La ménopause est un processus physiologique naturel, une étape importante dans la vie de la femme. Le mot ménopause vient du grec menos (règle) et pausis (pause) qui signifie donc « arrêt des règles ». Ce phénomène de ménopause survient au moment où les ovaires ne peuvent plus assurer la production des hormones de la reproduction qui sont les œstrogènes et la progestérone. La ménopause représente un passage obligé dans le cadre du vieillissement de la femme ce qui peut l’amener à se poser beaucoup de questions.

La péri-ménopause (également appelée la pré-ménopause)

Qu’est ce que la péri-ménopause ?

La péri-ménopause, autrefois appelée « pré-ménopause », correspond à une période de transition entre la période de fécondité et la ménopause confirmée. Elle est divisée en deux temps : une période qui précède l’arrêt des règles et un an après l’arrêt définitif des règles. Une femme entre dans cette période en moyenne vers l’âge de 45 ans mais il existe une très grande variabilité interindividuelle en ce qui concerne l’âge de survenue, l’importance des signes cliniques et la durée de la pré-ménopause.

La péri-ménopause correspond à une baisse de la production d’hormones féminines qui va se traduire par l’apparition de symptômes annonciateurs de la ménopause.

Quels sont les symptômes de la péri-ménopause ?

Les fluctuations hormonales de la pré-ménopause se traduisent par différentes manifestations cliniques :

  1. Variations du cycle menstruel : chez une grande majorité, les femmes connaissent une période menstruelle anarchique d’environ 4 à 8 ans. Au début de la péri-ménopause, cela va se traduire par des cycles menstruels réguliers mais avec un changement au niveau de la quantité des pertes ou de la durée des règles. Puis les cycles vont devenir de plus en plus irréguliers, avec certaines fois des cycles courts puis des cycles longs voir même une absence de règles durant plusieurs mois.

La grossesse durant la péri-ménopause est possible. En effet il peut y avoir au milieu de cette anarchie un retour provisoire à une fonction ovarienne normale. Un moyen de contraception est donc toujours nécessaire.

  1. Les symptômes vasomoteurs : les bouffées de chaleurs et les sueurs nocturnes, souvent associées à des troubles du sommeil. Ces symptômes sont expliqués par une diminution de la concentration des estrogènes au niveau du centre thermorégulateur de l’hypothalamus. Cette hypoestrogénie se traduit également par d ‘autres symptômes tel que la sècheresse vaginale, insomnie, perte de moral …
  2. Les symptômes dus à une hyperestrogénie : les sautes d’humeur, l’irritabilité, l’anxiété, la prise de poids et la sensibilité mammaire sont des symptômes de la pré-ménopause lorsque la concentration des hormones de reproduction est plus élevée.

Les symptômes de la péri-ménopause varient selon les fluctuations de la production hormonale, c’est pourquoi une femme peut être en hyperestrogénie à un instant T puis en hypoestrogénie à un instant T2. En fait cette hyper ou hypoestrogénie est habituellement qualifiée de « relative » car elle s’apprécie par rapport à l’autre hormone féminine essentielle : la progestérone. Ainsi c’est le rapport (oestrogènes/progestérone) entre ces 2 hormones qui constitue un équilibre ; cet équilibre est menacé au moment de la péri-ménopause avec dans un premier temps chute de la progestérone (ce qui conduit à un « climat » d’hyperoestrogénie relative puisque les oestrogènes deviennent alors dominants par rapport à la progestérone), puis dans un deuxième temps chute franche des oestrogènes créant à ce moment là un climat d’hypoestrogénie vraie.

La ménopause n’est une « maladie » et la prise en charge de la pré ménopause n’est évidemment pas nécessaire pour les femmes dont les symptômes sont peu gênants voire inexistants. Mais un traitement peut éventuellement être proposé aux femmes qui en font la demande. Ce traitement devra tenir compte des éventuelles contre indications ainsi que du terrain métabolique de la patiente.

La ménopause

Qu’est ce que la ménopause ?

La ménopause correspond à l’arrêt du fonctionnement de l’ovaire qui survient aux alentours de 50 ans. En effet, lors de la ménopause, il y n’a plus d’ovulation du à un épuisement de tous les follicules primordiaux situés dans les ovaires et qui sont responsables, durant la vie génitales, de la libération des ovocytes dans les trompes utérines. De plus les ovaires ne produisent pratiquement plus d’estrogène. Ce qui se traduit par l’arrêt définitif des règles et la perte de la fonction de reproduction. Pour parler de ménopause « installée », il faut attendre un an après les dernières règles.

A quel âge la femme est-elle ménopausée ?

La moyenne d’âge de la ménopause naturelle en Europe est comprise entre 50 et 51 ans et demi. Il y a environ 50% des femmes qui seront ménopausées avant l’âge de 50 ans dont 10 à 15% qui le seront avant l’âge de 45 ans et globalement 90 à 95% des femmes de 55 ans sont déjà ménopausées. Certains facteurs environnementaux peuvent agir sur l’âge de survenue de la ménopause. C’est le cas du tabac qui est susceptible d’avancer l’âge moyen de un ou deux ans.

Quelle est la durée de la ménopause ?

La durée des symptômes cliniques de la ménopause peut varier d’une femme à l’autre. En effet, les troubles de la ménopause peuvent apparaître avant la ménopause, c’est à dire en période de péri-ménopause et peuvent ainsi durer de quelques mois à plus de 10 ans. Par contre l’état de ménopause, c’est à dire la cessation de l’activité ovarienne est définitive. La femme sera en carence d’œstrogène toute sa vie, c’est ce que l’on appelle la post-ménopause.

Quels sont les symptômes de la ménopause ?

  • Les bouffées de chaleurs : ou bouffées vaso-motrices. Elles sont le symptôme le plus fréquent chez la femme ménopausée, elles concernent environ 3 femmes sur 4. Les bouffées de chaleurs sont caractérisées par une sensation de chaleur intense mais brève au niveau du cou, de la face et du thorax mais qui peut s’étendre sur tout le corps avec une possible apparition de rougeurs et de sueurs. Elles peuvent survenir durant la journée mais également pendant la nuit. Même si en majorité les femmes qualifient les bouffées de chaleurs comme minimes ou modérées, elles peuvent dans certains cas être très incommodantes et être un véritable handicap dans la vie d’une femme. L’intensité et la fréquence de ces bouffées vaso-motrices varient d’une femme à l’autre. De 1 à 2 bouffées de chaleurs par jour à 1 toutes les heures voire plus. Elle peuvent persister pendant en moyenne 4 ans mais elle peuvent également ne durer que quelques mois ou au contraire persister plus de 10 ans.
  • Les sueurs nocturnes : elles peuvent survenir de façon isolée sans bouffées de chaleurs pendant la nuit et provoquent souvent le réveil de la femme. Elles sont associées à une sensation de chaleur sur tout le corps.
  • Les douleurs articulaires : elles peuvent toucher toutes les articulations et sont plutôt changeantes. Elles varient dans le temps mais aussi dans le corps car elles changent souvent de localisation.
  • Les troubles génito-urinaires : le contrôle de la vessie peut être un peu diminué causant des fuites urinaires en particulier lors d’un effort et les infections urinaires peuvent être plus fréquentes. On constate également lors de la ménopause une sècheresse vaginale, due à une carence en œstrogène, qui peut s’aggraver avec la durée de la ménopause et qui par conséquent provoque des douleurs lors des rapports sexuels et qui en diminue le plaisir et donc le désir.
  • La prise de poids : même si la ménopause à proprement parler n’est pas responsable de la prise de poids, on constate une redistribution des graisses durant la ménopause qui auront tendance a se déposer plutôt au niveau du ventre qu’au niveau des cuisses et des fesses.
  • Troubles du sommeil, asthénie, tendance dépressive, irritabilité : ces troubles sont souvent les conséquences des réveils nocturnes dus aux bouffées de chaleurs de sueurs nocturnes, mais aussi par dérèglement du centre cérébral de la thymie (humeur) sensible à l’imprégnation hormonale et à ses variations.
  • Les modifications de la peau : la peau devient plus fine, plus fragile et s’assèche plus facilement car elle contient des récepteurs aux oestrogènes.

Quelles sont les conséquences de la ménopause sur la santé ?

La carence en estrogènes peut favoriser la survenue de véritables maladies chez la femme ménopausée :

  • Les maladies cardiovasculaires: la baisse des estrogènes entraine une augmentation du mauvais cholestérol provoquant ainsi un risque d’athérosclérose, en particulier au niveau des coronaires, ce qui expose les femmes à un risque d’infarctus du myocarde ou un accident vasculaire cérébral. Les estrogènes jouent aussi un rôle dans l’élasticité des vaisseaux sanguins.

Les femmes ont moins de risques de faire un infarctus que les hommes mais à partir de la ménopause cette tendance s’efface, le risque augmente et rattrape celui des hommes.

  • L’ostéoporose : Il s’agit d’une maladie diffuse du squelette, dont la résistance osseuse diminue par déminéralisation, ce qui augmente le risque de fractures. Une femme sur 4 est touchée par l’ostéoporose après la ménopause. Les fractures les plus fréquentes sont : fracture du poignet, du col du fémur et les fractures vertébrales.
  • Le diabète de type II : Il existe chez la femme ménopausée une augmentation de la résistance à l’insuline.

Quelle formule puis-je prendre pour lutter contre les manifestations fonctionnelles de la ménopause ?


Qui est le laboratoire Monin-Chanteaud ?

Découvrez l’histoire de notre laboratoire fondé en 1935

Découvrez notre gamme complète

La ménopause : A découvrir également

Ménopause et alimentation

À l’approche de la cinquantaine, de nombreuses femmes pâlissent devant leur balance et doivent se rendre à l’évidence : leur corps change. Et pour cause,

Ménopause : à partir de quel âge ?

En France, on dénombre plus de 10 millions de femmes ménopausées. Chacune d’entre elles vit un véritable bouleversement hormonal se traduisant par de nombreux symptômes

La ménopause et les sueurs nocturnes

À l’approche de la cinquantaine, les femmes vivent un véritable chamboulement hormonal portant le doux nom de ménopause. Et il n’est pas rare de voir

Ménopause et vertiges

Depuis quelque temps, vous souffrez parfois d’étourdissements. De nombreuses raisons peuvent expliquer ces pertes d’équilibre à répétition : otite, vertige de Ménière, traitement médicamenteux, traumatisme

Ménopause et constipation

Que ce soit pendant la préménopause ou la ménopause, les femmes subissent de nombreux désagréments. Parmi eux, la constipation est l’un des symptômes les plus